Compte-rendu en direct du travail accompli par les ministres volontaires de Scientologie à Haïti

Quand elle a appris que l’Église de Scientologie avait affrété un avion pour apporter des fournitures médicales et faire venir des médecins, des infirmières et des bénévoles en Haïti, Elena, ministre volontaire de Scientologie et membre du personnel de l’Église de Scientologie de Tampa, a appelé sa sœur Michaela et a réservé deux places sur le vol du 16 janvier.

Elles sont arrivées en Haïti cinq jours après le tremblement de terre de magnitude 7,0 qui a détruit la majeure partie de la ville de Port-au-Prince. Sa cale remplie de fournitures médicales, l’avion amenait plus de 100 médecins, infirmières et ambulanciers pour dispenser les soins d’urgence nécessaires, et une équipe de ministres volontaires de Scientologie pour les assister dans leur travail.

À peine arrivés, ils se mirent au travail, les ministres volontaires déchargeant des fournitures médicales avec l’aide du personnel militaire. Couchés à trois heures du matin, les volontaires se levèrent à l’aube pour commencer leur première journée à l’Hôpital général de Port-au-Prince.

L’hôpital avait été tellement secoué par le tremblement de terre que les patients avaient dû être évacués sur les pelouses et les trottoirs à l’extérieur. Manquant des équipements et des fournitures les plus élémentaires, ainsi que de soutien administratif, les médecins luttaient pour sauver des vies.

Elena et son équipe furent assignées à l’unité des soins intensifs. Ils décidèrent que, quoi que l'on exige d’eux, ils allaient apporter toute l’assistance possible pour que les médecins et les infirmières puissent sauver des vies.

La première priorité était de donner à manger aux patients — c’était le chaos depuis le tremblement de terre, certains de ces patients n’avaient pas mangé depuis trois ou quatre jours. Il fallait aussi aider de toutes les façons possibles à préparer les patients pour les opérations chirurgicales. Comme les médecins travaillaient sans relâche dans la salle d’opération, il y avait des patients qui ne pouvaient pas subir l’opération dont ils avaient besoin car les radiographies n'avaient pas été faites. Les minsitres volontaires ont organisé la zone et ont accéléré le processus, faisant faire les radios nécessaires pour que les chirurgiens puissent opérer.

Les médecins travaillaient douze heures de suite et étaient exténués, et il n’y avait pas de personnel de nuit. Elena et son équipe ont alors décidé de faire des gardes de nuit, pour que les patients aient en permanence une assistance.

« Ce que j’ai fait en Haïti avec les ministres volontaires de Scientologie, c’est la fierté de ma vie, même si je reste humble », a déclaré Elena.« C’était une équipe sur laquelle vous pouviez entièrement compter. Nous avons travaillé au-delà de ce que nous pensions possible et, tous, nous avions le même but : aider le peuple de ce pays. »